top of page

L’Europe et les risques climatiques, l'horloge tourne!

Risques climatiques
@lassuranceenmouvement

L'Agence Européenne pour l'Environnement (AEE) a publié le 11 Mars 2024 son premier rapport sur l’évaluation des risques climatiques en Europe et ses conclusions sont alarmantes.

L’Europe n’est pas préparée à faire face aux risques climatiques en croissance rapide, les dangers des incendies de forêt, des conditions météorologiques extrêmes et d'autres facteurs dépassant la capacité de préparation (AEE - European Climate Risk Assessment 01/2024)

Des incendies de forêt qui brûlent des maisons aux conditions météorologiques violentes qui mettent à rude épreuve les finances publiques, le rapport indique que davantage d'actions sont nécessaires pour faire face à la moitié des 36 risques climatiques importants avec des conséquences potentiellement graves qu'il identifie pour l'Europe . Cinq autres risques nécessitent une action urgente, indique le rapport.


La chaleur extrême, la sécheresse, les incendies de forêt et les inondations que nous avons connus ces dernières années en Europe vont s’aggraver, y compris dans les scénarios optimistes du réchauffement climatique, et affecteront les conditions de vie sur tout le continent.


Ces événements représentent la nouvelle norme (...) Ils doivent être aussi un coup de semonce. Leena Ylä-Mononen, directrice de l’AEE

36 risques majeurs passés à la loupe

Risques climatiques
@Alexandros Avramidis @Jon Nazca @Loic Venance (AFP)

L’étude répertorie 36 risques climatiques majeurs pour l’Europe.

21 d’entre eux nécessitent plus d’actions immédiates et huit une réponse en urgence. Au premier rang d’entre eux, les risques liés aux écosystèmes, principalement marins et côtiers.


Le rapport examine la gravité des menaces climatiques et la manière dont l’Europe est bien préparée pour y faire face. Il indique que les risques les plus urgents – qui s’aggravent à mesure que la pollution due aux combustibles fossiles réchauffe la planète – sont le stress thermique, les crues soudaines et les crues des rivières, la santé des écosystèmes côtiers et marins et le besoin de fonds de solidarité pour se remettre des catastrophes.


Lorsque les chercheurs ont réévalué six des risques pour le sud de l’Europe, qu’ils ont décrit comme une région « sensible », ils ont constaté qu’une action urgente était également nécessaire pour assurer la sécurité des cultures et protéger les personnes, les bâtiments et la nature des incendies de forêt.


Un risque d'effet papillon

Le rapport met également en garde contre les risques « en cascade et cumulatifs », qui, selon lui, sont susceptibles de sous-estimer les tests de résistance actuels dans le secteur financier. Le temps chaud assèchera le sud de l’Europe, par exemple, tuant les cultures et réduisant les réserves d’eau, mais durcira également les sols, rendant plus probables les crues soudaines, et assèchera la végétation, ce qui signifie que les incendies de forêt peuvent se propager plus rapidement.


Pour l’AEE, la priorité est que les gouvernements et les populations européens reconnaissent unanimement les risques et acceptent de faire plus, plus vite. «Nous devons faire plus, avoir des politiques plus fortes», a insisté Leena Ylä-Mononen. L’agence a toutefois reconnu les «progrès considérables» réalisés «dans la compréhension des risques climatiques (...) et dans la préparation à ces risques».

"Cela ne va pas assez vite et cela n'atteint pas ceux qui en ont le plus besoin. C'est assez effrayant dans ce sens." Robbert Biesbroek, auteur du rapport de l'Université de Wageningen et co-directeur du chapitre sur l'Europe dans le dernier rapport GIEC sur l'adaptation.

L'Europe face à des conséquences «catastrophiques»

L’Europe s’est réchauffée plus que tout autre continent depuis la révolution industrielle. Il s’est réchauffé environ deux fois plus vite que la moyenne mondiale, le dioxyde de carbone ayant obstrué l’atmosphère et emprisonné la lumière du soleil.


Infographies risques europe
@Le Monde

Les chercheurs ont examiné deux scénarios possibles de réchauffement faible et élevé au cours du siècle. Ils n’ont pas pris en compte les points de bascule potentiels du système climatique arguant que les effets de changements aussi dramatiques ne modifieraient pas l’urgence d’agir à court terme.

“Le continent devrait se préparer à des températures d’au moins 3 °C plus élevées que celles de l’époque préindustrielle d’ici à 2050″

Daniela Schmidt, de l'Université de Bristol et qui a également co-dirigé le chapitre sur l'Europe dans le dernier rapport du GIEC sur l'adaptation a déclaré que "les gens devraient comprendre que les gouvernements, les villes et les individus ont la possibilité de réduire les risques". Il est donc de la responsabilité de chacun d'agir.


De lourdes pertes humaines et économiques

Selon les chercheurs, chaque dixième de degré supplémentaire entraînera toujours plus de phénomènes climatiques extrêmes: sécheresse de plusieurs années, inondations côtières, vagues de chaleur torride. Il est donc de la responsabilité de Bruxelles et des gouvernements d'agir vite afin de se préparer à protéger les vies des citoyens et les moyens de subsistance.


De fait, si aucune décision n'est prise, des centaines de milliers de personnes mourraient à cause des vagues de chaleur et, à elles seules, les inondations côtières provoqueraient des pertes économiques de plus de 1 000 milliards d'euros par an !


Outre les conséquences désastreuses sur l'environnement, la multiplication des catastrophes climatiques pourrait entraîner un tsunami économique: réduction des recettes fiscales, augmentation de des dépenses publiques, baisse des cotes de crédits et augmentation du coût de l'emprunt.


Le temps presse

En conclusion, le rapport de l’AEE indique que plusieurs risques climatiques ont déjà atteint des niveaux critiques. Si des mesures décisives et fortes ne sont pas prises dès maintenant, dit-il, la plupart des risques climatiques pourraient atteindre des niveaux critiques, voire catastrophiques, d’ici la fin de ce siècle.

"Cela devrait être le dernier signal d'alarme", Ylä-Mononen, directrice de l’AEE

Nous le savons, le temps politique n'est que très rarement le temps de la menace et dans le contexte des prochaines élections européennes, la Commission ne devrait pas faire de “proposition législative” sur le sujet dans les semaines à venir.


Logo European Environment Agency
@EEA

Pour télécharger le rapport complet, c'est par ici: Rapport EUCRA


コメント


 Défense Active 

Découvrez la solution de défense
House Water Dome

bottom of page